• C'est à travers le regard naïf d'un jeune homme que Marcel Godin nous fait découvrir la triste brutalité de la vie dans un camp de bûcherons de la Haute-Mauricie à la fin des années 1940. La rudesse, la sauvagerie de ces hommes voués à un travail pénible est dépeinte en un portrait authentique et cru dans ce premier roman paru à l'origine en France, en 1965.

    La prose incisive de l'auteur joue le même rôle que le « maudit soleil » qu'il décrit : c'est « un témoin gênant » qui met à nu la condition inhumaine de ces bûcherons. Prisonniers de leur forêt d'épinettes, où le soleil n'existe que pour accuser, ces hommes vivent un quotidien d'un ennui mortel qui les mènera à la déroute. Seule Johanne, la femme du camp, offre une issue possible au désespoir.

    Ce récit étonnamment moderne raconte le voyage initiatique du narrateur qui, au départ spectateur dégoûté, devient acteur de cet univers impitoyable. Pris entre fascination et malaise, le lecteur n'en sort par indemne. Cette édition contient un dossier critique augmenté, et une nouvelle préface de Serge Fournier, ainsi que celle signée par Émile Ollivier dans la deuxième édition, parue chez Lanctôt Éditeur en 2000.

    Marcel Godin (1932-2008) a été journaliste à La Presse, écrivain pour la radio et la télévision de Radio-Canada et conseiller littéraire de plusieurs maisons d'édition. Son roman Maude et les fantômes (Éditions de l'Hexagone) a reçu le Grand Prix du roman du Journal de Montréal en 1986.

    En savoir plus [+]
  • C'est à travers le regard naïf d'un jeune homme que Marcel Godin nous fait découvrir la triste brutalité de la vie dans un camp de bûcherons de la Haute-Mauricie à la fin des années 1940. La rudesse, la sauvagerie de ces hommes voués à un travail pénible est dépeinte en un portrait authentique et cru dans ce premier roman paru à l'origine en France, en 1965.

    La prose incisive de l'auteur joue le même rôle que le « maudit soleil » qu'il décrit : c'est « un témoin gênant » qui met à nu la condition inhumaine de ces bûcherons. Prisonniers de leur forêt d'épinettes, où le soleil n'existe que pour accuser, ces hommes vivent un quotidien d'un ennui mortel qui les mènera à la déroute. Seule Johanne, la femme du camp, offre une issue possible au désespoir.

    Ce récit étonnamment moderne raconte le voyage initiatique du narrateur qui, au départ spectateur dégoûté, devient acteur de cet univers impitoyable. Pris entre fascination et malaise, le lecteur n'en sort par indemne. Cette édition contient un dossier critique augmenté, et une nouvelle préface de Serge Fournier, ainsi que celle signée par Émile Ollivier dans la deuxième édition, parue chez Lanctôt Éditeur en 2000.

    Marcel Godin (1932-2008) a été journaliste à La Presse, écrivain pour la radio et la télévision de Radio-Canada et conseiller littéraire de plusieurs maisons d'édition. Son roman Maude et les fantômes (Éditions de l'Hexagone) a reçu le Grand Prix du roman du Journal de Montréal en 1986.

    En savoir plus [+]
  • Claudine Bertrand publie son premier recueil Idole errante en 1983. Par son engagement, elle contribue à faire connaître la poésie québécoise par des conférences, manifestations et ateliers au Québec et à l'étranger.

    La publication de cette anthologie, préparée et préfacée par Louise Dupré, rend compte de la production de la poète. Marquée par la pensée féministe des années 1970, la poésie de Claudine Bertrand s'articule autour de la quête identitaire : de l'enfance à la vie adulte, elle se dévoile entre les lignes, dans les blancs du discours. Grande lectrice d'Anaïs Nin, sa poésie est œuvre de continuité. Mémoire et présent se chevauchent, femme et féminité se questionnent; l'amoureuse, malgré les blessures, n'en continue pas moins sa quête de l'amour absolu. Écriture néanmoins lucide, vibrante de la douleur du monde, on passe de la passion dévorante, voire dévastatrice, à l'affût de la vérité, la poésie de Claudine Bertrand continue de parcourir différentes avenues.

    Se tissant patiemment autour de la douleur, motif qui traverse toute l'œuvre, comme l'écrit la préfacière, cette poésie témoigne d'une quête de l'écriture au féminin; Claudine Bertrand fait entendre une subjectivité inquiète, blessée mais toujours résistante.

    En savoir plus [+]
  • Ursule Camaraire évoque les souvenirs de sa jeunesse, quand, jeune Canadienne française qui étudiait le chant à New York, elle fréquentait les salons de la grande bourgeoisie cosmopolite. La guerre qui ensanglantait alors le monde lui semblait bien lointaine. Elle savait que les beaux officiers de la marine qu'elle croisait dans ce milieu privilégié devraient bientôt partir au combat, mais, en attendant, elle découvrait l'amour. Et la vieille dame qu'elle est devenue se rappelle avec attendrissement les tourments, les émois et les naïvetés du printemps de sa vie.

    Andrée Maillet (1921-1995), comme son héroïne, était issue de la bourgeoisie cultivée et a étudié le chant à New York. Elle a aussi été journaliste, éditorialiste, elle a publié de la poésie, du théâtre, des contes pour enfants et des romans. Elle a joué un rôle majeur d'animatrice de la vie littéraire à Montréal à la revue Amérique française dans les années 1950. Elle a obtenu le prix Athanase-David pour l'ensemble de son œuvre en 1990.

    En savoir plus [+]
  • Ursule Camaraire évoque les souvenirs de sa jeunesse, quand, jeune Canadienne française elle étudiait le chant à New York, et fréquentait les salons de la grande bourgeoisie cosmopolite. La guerre qui ensanglantait alors le monde lui semblait bien lointaine. Elle savait que les beaux officiers de la marine qu'elle croisait dans ce milieu privilégié devraient bientôt partir au combat, mais, en attendant, elle découvrait l'amour. Et la vieille dame qu'elle est devenue se rappelle avec attendrissement les tourments, les émois et les naïvetés du printemps de sa vie.

    En savoir plus [+]
  • Depuis 1983 Claudine Bertrand publie. Elle contribue aussi à faire connaître la poésie québécoise par des conférences, manifestations et ateliers. La publication de cette anthologie, préparée et préfacée par Louise Dupré, rend compte de la production de la poète. Marquée par la pensée féministe des années 1970, la poésie de Claudine Bertrand s'articule autour de la quête identitaire: de l'enfance à la vie adulte, elle se dévoile entre les lignes, dans les blancs du discours. Grande lectrice d'Anaïs Nin, sa poésie est œuvre de continuité. Mémoire et présent se chevauchent, femme et féminité se questionnent...

    En savoir plus [+]
  • À onze ans, Jos travaille douze heures par jour à la Queen Cigar Factory de Sherbrooke. Chaque fois qu’il rentre chez lui, il fait face au triste spectacle d’une famille brisée par la pauvreté et l’humiliation. Cet enfant cigarier rêve de fuir la misère et de rejoindre les «unionistes» pour changer le monde. Jos partira et vivra une aventure qui le mènera à Montréal, Chicago et Tampa. Il fera la connaissance du journaliste Jean-Baptiste Gagnepetit, de l’humaniste Jane Addams, de Samuel Gompers, fondateur de l’American Federation of Labor, et de Maria, la belle Cubaine. Grand succès dès sa parution, en 1999, L’enfant cigarier brosse un tableau captivant de l’ère du capitalisme sauvage et des débuts du mouvement ouvrier. Il nous entraîne dans un fascinant voyage sur les routes d’une Amérique du Nord témoin des grands mouvements migratoires de la fin du XIXe siècle et d’une rencontre extraordinaire des cultures et des religions.

    En savoir plus [+]
  • Mélanie, une adolescente en quête d’absolu, sillonne le désert de l’Arizona pour exorciser la peur et la réalité, espérant échapper au quotidien lent du motel que dirige sa mère, près de Tucson. Sa rencontre avec l’excessive Angela Parkins multipliera les actes de révolte et de pure joie. Dans les intervalles de la narration, se dresse la présence menaçante de « l’homme long » comme l’histoire du monde et de la science. Tel est le récit que découvre la traductrice Maude Laure, récit qui l’envoûte et qu’elle décide de traduire après s’être imprégnée des personnages, avoir imaginé leurs dialogues et refait les paysages de l’inquiétante beauté du désert.
    Traduit en plusieurs langues, Le désert mauve est devenu avec le temps un livre qui a suscité l'enthousiasme de plusieurs générations.

    En savoir plus [+]
  • Mélanie, une adolescente en quête d’absolu, sillonne le désert de l’Arizona pour exorciser la peur et la réalité, espérant échapper au quotidien lent du motel que dirige sa mère, près de Tucson. Sa rencontre avec l’excessive Angela Parkins multipliera les actes de révolte et de pure joie. Dans les intervalles de la narration, se dresse la présence menaçante de « l’homme long » comme l’histoire du monde et de la science. Tel est le récit que découvre la traductrice Maude Laure, récit qui l’envoûte et qu’elle décide de traduire après s’être imprégnée des personnages, avoir imaginé leurs dialogues et refait les paysages de l’inquiétante beauté du désert.
    Traduit en plusieurs langues, Le désert mauve est devenu avec le temps un livre qui a suscité l'enthousiasme de plusieurs générations.

    En savoir plus [+]