Previous  Page 1 2 

  • « Lisant ou relisant La nef aujourd'hui, on n'en comprendra toute la portée que si on la replace dans le contexte des années grisantes dont elle est issue. En effet, la pièce, montée pour la première fois le 5 mars 1976, au Théâtre du Nouveau Monde, est tributaire d'un nouveau courant d'écriture féministe qui éclatait alors comme un printemps. Années de foisonnement, d'allégresse et de luttes collectives, marquées par un très grand nombre d'écrits novateurs, par des manifestations culturelles, par un immense sentiment de transgression. »

    Extrait de l'introduction de Lori Saint-Martin

    « Jamais dans le théâtre québécois les femmes n'ont avec autant de force que dans La nef des sorcières exprimé sans détours leur volonté de passer aux actes de leur libération. »

    Pierre Vallières, Le Jour

    En savoir plus [+]
  • 1945. La guerre est finie. Pour Joseph Latour, voyou disponible, être soldat et se battre était sa raison de vivre, de faire quelque chose de spécial, mais la guerre est finie et il n'est pas un héros. Il se retrouve sans avenir, soldat manqué et trouble-fête au sein d'une famille et d'une société engourdies par les habitudes. Personnage de la révolte, il fait à son entourage le procès du bonheur, condamné à rencontrer son destin personnel en simple soldat dans une autre guerre.

    En savoir plus [+]
  • Cette pièce raconte l'histoire de Joseph Latour, un simple soldat qui, au retour de la guerre, cherche à retrouver une place dans sa famille et dans la société.

    Cette nouvelle édition comprend une préface inédite de l'auteur et un dossier critique.

    Ouvrage largement prescrit en milieu scolaire, ce titre de Marcel Dubé est désormais présenté dans la nouvelle maquette de Typo.

    En savoir plus [+]
  • Tit-Coq a été le premier grand succès du théâtre québécois. Gratien Gélinas, son auteur, qui jouait aussi le rôle-titre à la création en 1948, préconisait un théâtre «national et populaire», dont sa pièce est la parfaite illustration. Vingt ans avant Michel tremblay, il faisait parler ses personnages dans une langue que le public pouvait reconnaître comme la sienne. Et l'histoire de son héros, qui cherche à échapper à son destin de «bâtard», transcendait le cadre canadien-français pour atteindre à l'universel.

    En savoir plus [+]
  • Deux idéologies s'affrontent, deux générations se dressent l'une contre l'autre.

    Mil neuf cent soixante-six. Le Québec est en ébullition. Deux idéologies s’affrontent, deux générations se dressent l’une contre l’autre. À travers le conflit politique évoqué dans Hier, les enfants dansaient, Gratien Gélinas nous fait partager le drame d’êtres humains à la recherche de leur propre vérité. Une pièce qui marque une certaine maturité à la fois dans l’œuvre de Gratien Gélinas et dans l’histoire du théâtre québécois.

    En savoir plus [+]
  • Tit-Coq a été le premier grand succès du théâtre québécois. Gratien Gélinas, son auteur, qui jouait aussi le rôle-titre à la création en 1948, préconisait un théâtre «national et populaire», dont sa pièce est la parfaite illustration. Vingt ans avant Michel tremblay, il faisait parler ses personnages dans une langue que le public pouvait reconnaître comme la sienne. Et l'histoire de son héros, qui cherche à échapper à son destin de «bâtard», transcendait le cadre canadien-français pour atteindre à l'universel.

    En savoir plus [+]
  • Un réquisitoire féroce contre l'hypocrisie et la fausse respectabilité, un appel à la tendresse.

    À la suite d’un forfait grave commis par l’un de ses membres, une famille, jusque-là honorable dans son patelin, risque le déshonneur. La pièce se situe pendant les deux jours que dure le procès à Montréal, dans une chambre d’hôtel. Seul un faux témoignage de Bousille au tribunal permettrait d’acquitter le jeune Grenon. La famille invoque, pour convaincre Bousille, des arguments de solidarité et de reconnaissance. Peinture colorée d’une société où de partout l’on cherche à éviter le scandale, cette pièce s’élève à la hauteur d’une grande tragédie universelle.

    Bousille et les Justes est un réquisitoire féroce contre l'hypocrisie et la fausse respectabilité, un appel à la tendresse pour ce Charlot qui mène une vie de chien.

    En savoir plus [+]
  • La violente irruption de la vie réelle dans l'imaginaire de trois femmes.

    Célèbre pour la polémique qu’elle a provoquée à sa création en 1978, Les fées ont soif est une pièce de théâtre remarquable par la vivacité de sa langue et l’audace de son propos. Ce classique de la dramaturgie québécoise, vendu à plus de 100 000 exemplaires, a été traduit et joué en plusieurs langues, ce qui démontre bien sa valeur universelle et la nécessité de la quête de la liberté.

    En savoir plus [+]
  • «Témoignage, dénonciation, rêverie...un moment fort de l'écriture des femmes...» (Lori Saint-Martin)

    «Témoignage, dénonciation, rêverie, La nef des sorcières demeurera comme un moment fort de l'écriture des femmes, avec tout ce qu'elle portait et porte encore de nouveau, de dérangeant, et d'incontournable.»
    Extrait de l'introduction de Lori Saint-Martin.

    En savoir plus [+]
  • Un réquisitoire féroce contre l'hypocrisie et la fausse respectabilité, un appel à la tendresse.

    À la suite d’un forfait grave commis par l’un de ses membres, une famille, jusque-là honorable dans son patelin, risque le déshonneur. La pièce se situe pendant les deux jours que dure le procès à Montréal, dans une chambre d’hôtel. Seul un faux témoignage de Bousille au tribunal permettrait d’acquitter le jeune Grenon. La famille invoque, pour convaincre Bousille, des arguments de solidarité et de reconnaissance. Peinture colorée d’une société où de partout l’on cherche à éviter le scandale, cette pièce s’élève à la hauteur d’une grande tragédie universelle.

    Bousille et les Justes est un réquisitoire féroce contre l'hypocrisie et la fausse respectabilité, un appel à la tendresse pour ce Charlot qui mène une vie de chien.

    En savoir plus [+]
Previous  Page 1 2